Chili trop vite

Publié le par An'so & Stephane

10 août : nous avons trouvé un hôtel fort agréable. On a bien dormi, il faut dire que c’était difficile de faire plus rustique que ces derniers jours. Je me réveille la première, je vais aller chercher de quoi nous faire un petit déjeuner. Je pars donc seule à travers San Pedro afin de trouver du jus d’orange et des gâteaux, mais j’avais oublié undefinedquelque chose : les chiens errants qui ne doivent apparemment comprendre que l’espagnol ! Bref, je sors et là, je n’avais pas fait deux mètres qu’un chien commence à me suivre et à me hurler dessus ! Je prends sur moi, me retourne essaie de le faire fuir, en vain… Une chilienne prend pitié de moi, lui hurlera dessus en espagnol pour le faire fuir et elle y parviendra. Encore merci madame. Je finis par trouver de quoi manger et retourne à l’hôtel. Je raconte mes déboires à Stéphane qui se moque de moi et me fait comprendre que je ne sais pas y faire avec les chiens : il faut être ferme et leur montrer que nous n’avons pas peur. Nous repartons, tout deux, louer des vélos. A peine sortis de l’hôtel, devinez qui était là : mon copain le chien ! « Oh non… Stéphane, fais quelque chose ! » alors Stéphane commence à lui hurler dessus, essaye de le faire fuir, mais rien n’y fait : ça y est, j’en suis convaincue, ce chien ne comprend que l’espagnol. Heureusement, la même dame qui m’avait sauvé la vie quelques minutes auparavant réitère ses palabres aux chiens qui finiront par nous lâcher la grappe. Merci mille fois madame.

Nous partons donc en VTT à la découverte des alentours de San Pedro de Atacama, mais nos vélos ne sont pas extraordinaires et nous peinons à avancer ! San Pedro de Atacama, est désertique, les paysages lunaires et secs, c’est très joli. On se dirige vers les ruines Incas que nous visitons, il fait beau et chaud, on est bien. Le soir, nous irons voir le fameux coucher de soleil sur la vallée de la Luna. Nous grimpons l’immense dune afin de nous retrouver au plus haut pour apprécier ce spectacle. C’est beau, calme et  reposant.

 

11 août : nous poursuivons la visite de San Pedro. En fait, il y a deux villages : un archi touristique presque surfait où la rue principale alterne location de vélos, cybercafés, restos branchés et magasins de souvenir et, un peu plus excentré, on trouve le vrai San Pedro, aux maisons de terre, presque fantomatiques.

Cette pause à San Pedro était vraiment agréable et très reposante après notre expédition au Salar, nous prenons un bus de nuit pour rejoindre Arica à l’extrême nord du Chili.

 

12 août : undefined6h30 : nous arrivons. Nous cherchons un tour pour visiter la vallée de la Lauca sur deux jours, ce sera en vain. On prendra finalement un tour à la journée pour 1 200 pesos par personnes pour le lendemain. Nous visitons donc Arica et l’église que Mr Eiffel y a construite. On passe sur la plage de Chuncherro où nous dégustons une bonne glace, ça fait drôle de se dire que ces vacances, on ne se sera pas baigné dans des mers chaudes.

Ce midi, Stéphane voulait absolument aller au Mac Do… Nous sommes donc allés voir si Ronald faisait des hamburgers du même goût que chez nous au Chili ! Finalement cela nous a amusé ! On avait l’impression que d’aller au Mac Do pour les gens d’Arica est quelque chose « qui le fait ».

 

13 août : 7h30, nous partons pour le tour « Vallée de la Lauca et Lac Chungara » : autrement dit, comment passer du niveau de la mer 0 mètre à plus de 5 000 mètres d’altitude en quelques heures ! Nous qui venons de la Bolivie, nous sommes maintenant acclimatés à l’altitude, ce qui n’est pas le cas de tous le monde dans le minibus : certains finiront par tester l’assistance respiratoire du bus ! On commence par voir les géoglyphes de la vallée de la Lluta, ce sont des hommes et des Lamas géants qui sont représentés. Courte pause à Poconchile, où il n’y a pas grand chose à voir. Par contre, un peu plus loin, du côté des cactus candélabres, sur une route qui monte un peu, nous vivons une expérience saisissante et pour le moins tundefinedroublante ! Notre bus se met au point mort dans la côte et au lieu de redescendre, ou au moins de s’immobiliser, le bus continue à monter ! Incroyable mais vrai, nous sommes entrés dans la quatrième dimension ! Il paraît en fait que dans cette région, il y a de très forts champs magnétiques ! Après cet instant déstabilisant, nous avons continué sur Putre, puis Parinacota où il y a une superbe église de l’époque coloniale. Nous étions conquis ! Des fresques partout, très simplistes servant à expliquer le bien et le mal selon les espagnols qui convertissaient au catholicisme les indiens de l’époque. Ensuite, la fin de notre montée vers le lac Chungara a été ponctuée de rencontre avec des lamas, Alpagas et autres Viscachas (une sorte de lapin avec une queue d’écureuil) et même un Nundi (qui ressemble un peu à une autruche). Plus on monte et plus les paysages sont beaux : des montagnes enneigées, des lacs… Arrivés au Lac Chungara, il se met à neiger ! Le panorama est grandiose, en quelques minutes, le ciel se dégage les couleurs changent.  La journée s’achève, on en a encore pris plein la vue ! Une journée excellente une fois de plus.

Publié dans Carnet de voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article